Que visiter à Ronda ?

A l’occasion de mon voyage en Andaousie, j’ai pu découvrir la charmante ville de Ronda. Partez à sa découverte avec moi !

Durant ce gros week-end, le site de location de villas en Andalousie Ruralidays m’avait offert une visite de Ronda avec une personne de l’office de tourisme de la ville. Je ne connaissais pas du tout la ville, j’en ai été bluffé ! Et le fait d’être avec une locale m’a permis d’avoir des petites anecdotes… que vous découvrirez au fur et à mesure de votre lecture !

 

A savoir sur Ronda

Ronda est l’une des plus vieilles villes d’Espagne. Elle est traversée par la rivière Guadalevin, qui a creusé un lit de 200 mètres de haut (appelé « El Tajo).

Il y a donc d’un coté la ville nouvelle (« el mercadillo » ou « marché »), construite récemment mais hébergeant les arènes de la ville. De l’autre, la vieille ville (« la ciudad ») abritant des palais et monuments historiques. Ces deux parties sont séparées par le célèbre « Pont Neuf », construit en 1751 avec une arche, avant qu’une 2e arche soit rajoutée en 1793.

Ronda a connu plusieurs époques et civilisations, qui font de la ville un mix assez impressionnant d’architecture : d’abord occupée par les romains au IIe siècle avant JC (chassant les  carthaginois) et marquant le développement de la cité, puis les arabes qui y ont ajouté leur touche (suite à la prise de la ville en 711), avant d’être repris par les catholiques plusieurs siècles plus tard, en 1485.

A la découverte de Ronda !

La visite commence à l’extérieur de la vieille ville, où j’ai donné rendez-vous à la guide de l’Office du tourisme. Dans la « nouvelle ville », il n’y a toutefois pas grand chose à voir hormis une très jolie petite église, juste avant d’arriver vers le pont menant à la vieille ville.

Eglise exterieure de Ronda

Eglise exterieure de Ronda

En arrivant devant le pont de Ronda,

le seul mot qui me vient à l’esprit est « Wahou! ».

 

J’avais vu plein de photos sur le web en préparant le week-end, mais la réalité dépasse toujours les photos ! Un pont de plus de 170 mètres de haut sépare les 2 parties de la ville, on croirait presque que le pont a été creusé dans la roche !

Première anecdote : plus de 300 appareils photos sont retrouvés chaque année dans le fond du ravin…

Pont Ronda

Seconde anecdote : vous avez remarqué une petit fenêtre en haut de l’arcade ? Et bien il s’agit en fait d’une ancienne prison !

prison-ronda

La prison de Ronda

Comme beaucoup de villes historiques, Ronda rend hommage à des personnes ayant rendu la ville célèbre. On parle notamment d’Ernest Hemingway qui y a vécu plusieurs années, ainsi que Kazunori Yamauchi, le créateur de Gran Turismo 6 dans lequel Ronda est l’un des circuits du jeu vidéo automobile.

panneaux ronda

Des maisons typiques d’Andalousie

En se baladant dans les rues de la vieille ville de Ronda, on croise énormément de villas et palais, appartenant pour la plupart à de riches familles historiques de la ville. J’ai eu l’occasion de visiter l’une d’entre elles, « El Palacio de Mondragon » datant du 15e siècle.

Palacio de Mondragon

Ce palais mêle le style médujar (patios, tours) à des éléments Renaissance (portail de la façade), ce qui en fait un mélange superbe de cultures.

Dès l’entrée, nous arrivons dans un large patio, typique de la région et rappelant les ryads marocains : lumière abondante, puits décoré de du blason familial et mosaïque sur tous les murs.

Patio d'un palais de Ronda

Patio du palais

 

Mosaïque à Ronda

 

Puits dans le palace

Petite surprise du chef : le jardin. Rien que pour nous, la fontaine a été mise en marche. On se croirait alors loin, mais très loin d’Espagne dans ce petit jardin verdoyant !

Jardin Ronda

Un jardin caché…

Balade au coeur de la vieille ville

La balade dans Ronda continue, arpentant les nombreuses ruelles de la ville. Heureusement que notre guide est là, car il est très facile de se perdre, toutes les rues se ressemblent !

Rues de Ronda

Un point commun à tous les palais attire ma curiosité lors de cette visite : la plupart d’entre eux possède 2 portes d’entrée. Savez-vous pourquoi ? Et bien la première porte donnant sur l’entrée est ouverte, signe de confiance, d’accueil et d’hospitalité. La 2e porte est fermée bien évidemment (sinon tout le monde pourrait rentrer…) .

Porte Ronda

Double-porte

Autre point encore plus choquant : il y a des barreaux à toutes les fenêtres (ou presque).

Explication : les arabes y ayant vécu étaient très croyants, et aucun rapport sexuel ne devait avoir lieu avant le mariage. Ces barreaux évitaient donc aux jeunes hommes d’entrer dans la chambre des demoiselles pour y faire leurs affaires ! Pas bête hein !

Fenetre Ronda

Des barreaux à toutes les fenêtres

Les bains arabes de Ronda

La visite se poursuit dans les bains arabes de la ville, extrêmement bien conservés !

Quelques infos sur les bains :

  • Ils datent du 9e siècle, ce qui fait qu’ils font partie des plus vieux d’Espagne
  • Les hommes devaient venir un jour différent des femmes
  • L’intérieur se compose de 3 pièces : une chaude (le hammam), une tiède et une froide
  • Les bains sont généralement positionnés à l’entrée de la ville, afin que tout le monde y passe
Bains arabes de Ronda

Bains arabes de Ronda

Passage de l’autre coté de la falaise

Dernière étape de notre visite avec la guide : le passage de l’autre coté de la falaise, endroit très peu touristique. La traversée se fait par le vieux pont, aussi appelé « pont arabe », servant autrefois de porte d’entrée aux marchands désirant faire du commerce avec la ville. Pour l’anecdote, chaque marchand devait payer une taxe rien que pour traverser le pont et entrer dans Ronda…

pont-ronda

Pont arabe de Ronda

sortie-ronda

Après la traversée du pont, on découvre de nouvelles vues sur la ville, où il n’y a personne à part nous. Le décor et le paysage sont de toute beauté.

Vues de Ronda

Descente en bas des falaises

Maintenant que la visite avec la guide est terminée, et avant de repartir Ronda, nous avons vu qu’un chemin descend tout en bas des falaises, offrant une très belle vue sur la ville. Ce chemin est situé tout au fond de la vieille ville, vous ne pourrez pas le louper.

Attention toutefois : certains endroits sont assez escarpés et le chemin grimpe pas mal !

Chemin Ronda

Mais les vues valent le coup, et on découvre une superbe cascade en bas du pont de Ronda.

Cascade Ronda

vue Ronda

Une fois arrivé, on peut avoir une vue à couper le souffle sur le pont et la ville de Ronda. Ca vallait bien l’effort !

Vue Ronda

Une superbe vue sur la ville !

 

Guide pratique de Ronda

  • Se rendre à Ronda : de Malaga, prendre la A-357 vers le nord puis la A-367 jusqu’à Ronda (compter 1h30 environ)
  • Ronda est située à 110km de Malaga, et 54km de Marbella.
  • Site de l’Office du tourisme http://www.turismoderonda.es/
  • La visite guidée de la ville coûte entre 10 et 15€, et les guides sont bilingues Français/Espagnol
  • Monuments principaux de Ronda : bains arabes, Palacio del Rey Moro, Eglise Santa Maria La Mayor, Plaza de Toros, Palacio de Mondragon, fontaine aux huits robinets, les arènes (les plus vieilles d’Andalousie)

 

Après cette visite éprouvante de Ronda, il est désormais temps de nous rendre à Juzcar, le village des Schtroumpfs,où notre logement nous attend.

Alors, vous en avez pensé quoi de Ronda ? C’est sans aucun doute mon coup de coeur du week-end avec la visite de Séville.

Non loin de Ronda, vous aurez aussi l’occasion de visiter Cordoue. N’ayant pas eu le temps de visiter cette ville et sa superbe mosquée, je vous invite à aller faire un tour sur le blog de voyage de Mathieu blogvoyages.fr pour la découvrir !

    3 Commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *